Mes séries préférées de 2020

Hello tout le monde!

Aujourd’hui on parle séries! Je me suis dit que ça changerait un peu des livres et puis j’ai vu tellement de bonnes séries cette année, que j’avais trop trop envie de vous en parler! J’ai préparé un petit classement (c’est plus palpitant comme ça hehe), mais honnêtement j’ai adoré toutes les séries que je vais vous présenter dans cet article. Celle qui se positionne en N°1 est vraiment au dessus des autres et, je pense, au dessus de toutes les séries que j’ai regardées dans ma vie (je vous expliquerai bien sur pourquoi 😉 ), mais les autres méritent toutes la deuxième place, donc ce classement n’est pas très rigide ahah. Dîtes-moi dans les commentaires quelle a été votre série préférée de l’année et…. c’est parti!

5 – New Girl

7 saisons, 146 épisodes, disponible sur Netflix.
Casting: Zooey Deschanel, Jake Johnson, Max Greenfield, Hannah Simone (aka la plus belle femme du monde!), Lamorne Morris, Damon Wayans Jr

New Girl est une série qui m’a vraiment prise par surprise. En général, je ne suis pas très fan de comédies, ou plutôt je n’en regarde pas trop de moi-même, parce-que j’ai peur que ce ne soit pas très bon ou de ne tout simplement pas trouver ça drôle… Par exemple, attention unpopular opinion, je n’aime pas vraiment Friends… Mais comme souvent, je me suis risquée à commencer cette série, dans un moment de désespoir où j’avais épuisé ma liste Netflix, et je ne l’ai pas regretté.
Jess est une jeune institutrice excentrique mais très attachante qui débarque à Los Angeles et se retrouve en colocation avec quatre mecs: Nick, Schmidt, Winston et Coach, qui eux, se connaissent depuis longtemps. L’arrivée d’une jeune femme dans leur garçonnière va changer leur vie, mais aussi la sienne. Humour décapant et amitiés sincères, personnages attachants et beaucoup de tendresse sont les principales caractéristiques de cette série qui m’a plus d’une fois remonté le moral cette année! Je vous la recommande vivement! Mon épisode préféré? L’épisode 17 de la saison 4, le plus hilarant quiproquo de l’histoire de la comédie ahah.

4 – Dark

3 saisons, 26 épisodes, disponible sur Netflix
Casting: Louis Hofmann, Lisa Vicari, Oliver Masucci, Mark Waschke et un millier d’autres ahah

Cette série n’a rien à voir avec New Girl, c’est même l’exact opposé, je dirais! Mais elle est juste incroyable. J’aurais pu la placer plus haut dans le classement, si je n’avais pas tenu compte du critère sentimental, de l’attachement personnel que j’ai pour les séries suivantes, parce qu’objectivement, Dark est d’une qualité impressionnante quant à son synopsis, son script, la manière dont elle est structurée, racontée, le jeu des acteurs et le choix des acteurs, juste mindblowing!
Il s’agit donc d’une série de science-fiction allemande. D’étranges événements se produisent dans la petite ville de Winden: Michael Kahnwald, le père de Jonas, notre personnage principal, se suicide mystérieusement, Mikkel, un jeune garçon de 12 ans disparaît et son père ainsi que toute la ville se lancent à sa recherche. Cependant, la véritable question n’est pas se trouve Mikkel, mais quand… Il y a, en effet, dans la forêt de Winden des grottes étranges qui permettent de voyager dans le temps et on ne tarde pas à découvrir que les destins des habitants de cette ville bâtie autour d’une centrale nucléaire sont intrinsèquement liés.
Ce résumé ne rend pas justice à la complexité et à l’intelligence avec laquelle l’intrigue est nouée. C’est une série à regarder en une fois et à tête reposée, pour tout bien comprendre, car on a tôt fait de mélanger tous les personnages, que l’on suit 23 ans et 46 ans auparavant et 23 ans plus tard. Certains des personnages sont donc joués par quatre acteurs à des âges différents, d’autres voyagent dans le temps et ça peut devenir un sac de nœud dans la tête du spectateur, s’il n’est pas concentré. Mais cette série est passionnante. Impossible de s’arrêter avant d’avoir vu la fin, qui à mon avis est la meilleure fin de toutes les séries que j’ai vues.
Bref, une série à couper le souffle, entre tragédie et science-fiction, conte métaphysique et récit biblique post-apo. à voir absolument!

3 – The Good Place

4 saisons, 50 épisodes, disponible sur Netflix
Casting: Kristen Bell, Jameela Jamil, Ted Danson, William Jackson Harper, Manny Jacinto, D’Arcy Carden

Oui, deux comédies dans ce top, je ne l’aurais jamais cru! Mais The Good Place est plus qu’une comédie. Certes, ce sont des épisodes de 20 minutes, le ton est généralement comique, mais c’est aussi une série qui touche à des questionnements profonds.
Michael est un démon, oui oui un démon de l’enfer, mais il trouve que d’empaler, démembrer, brûler vifs les humains qui finissent en enfer sont des méthodes de torture arriérées. Il invente donc un nouveau concept: laisser des humains (soigneusement choisis pour ne pas pouvoir se supporter) se torturer entre eux en les enfermant dans un quartier qui ressemble au paradis (yaourt glacé à volonté, maisons de rêves, etc) mais qui est en réalité une façade pour leur cacher qu’ils sont en enfer. On suit donc Eleanor, une jeune fille qui était méchante et en colère dans la vie, Tahini, une magnifique jeune femme complètement égocentrique, Chidi, un professeur de philosophie raté, et Jianyu, un jeune voyou un peu simplet. Ils sont précisément mis ensemble pour se détester, s’entretuer mais ils finissent par devenir amis. Chidi donne par exemple des cours de moral à Eleanor qui espère apprendre à devenir une bonne personne afin d’être transférée au paradis. Ils finissent par découvrir qu’ils sont en enfer et décident de changer leur sort. La petite expérience sociale de Michael est donc un échec et il est stigmatisé par les autres démons. Attendri par l’imperfection des humains, qui, au fond, ne méritent peut-être pas une éternité de damnation, il prend leur défense et, ensemble, ils tentent de réformer le système de points défaillant qui détermine si un humain mérite d’aller en enfer ou au paradis.
The Good Place est une série très drôle et attendrissante, qui pose aussi des questions sérieuses comme « Qu’est-ce que cela signifie d’être quelqu’un de bien? » mais aussi « Qui a droit à une rédemption? », « Comment accepter la mort? » et « Qu’est ce qui fait de nous des humains? ». Parcourue de références à Hume, Kant, Stuart Mill, Epicure, cette série a séduit mon petit esprit de philosophe, mais elle a aussi touché mon cœur. J’ai vu la fin de cette série juste après que mon grand-père soit décédé cette année, et c’était un timing étrange mais bienvenu, car le dernier épisode montre les quatre personnages quitter « The Good Place » pour rejoindre l’éternité immatérielle et Chidi utilise une métaphore, qui m’a beaucoup aidée, pour expliquer à Eleanor que même dans l’éternité, il continuera d’être là, dans le monde, mais simplement sous une autre forme.

« Imagine une vague dans l’océan. Tu peux la voir, mesurer sa hauteur, la façon dont le soleil se réfracte quand il passe à travers, et elle est là, tu peux la voir, tu sais ce que c’est une vague. Puis elle se brise sur la rive et elle disparaît. Mais l’eau est toujours là. La vague est juste une forme différente que prend l’eau, l’ombre d’un instant. La vague retourne à l’océan, d’où elle est venue et où elle est censée être.« 

Si vous décidez de regarder The Good Place, attendez-vous donc à rire et aussi à pleurer. En tout cas, c’est un énorme coup de cœur.

2 – Sherlock

4 saisons, 13 épisodes, disponible sur Netflix
Casting: Benedict Cumberbatch, Martin Freeman,

Sherlock a commencé il y a déjà dix ans, et il était grand temps que je prenne le temps de regarder cette série! Je ne m’attendais en aucun cas à tomber amoureuse comme ça. En plus d’être absolument brillante, d’avoir deux acteurs principaux plus que talentueux et à l’alchimie devenue légendaire, cette série a la chance d’avoir des fans toujours très actifs et une véritable communauté. Je regrette vraiment de ne pas l’avoir visionnée dès sa sortie et de ne pas avoir participé aux moments mémorables que cela a dû être de faire crasher Tumblr à chaque fois qu’un nouvel épisode sortait! Mais mieux vaut tard que jamais. J’ai été convertie, je suis maintenant une « cumberbitch » convaincue (même si je considérais déjà Benedict Cumberbatch comme une grand acteur, avant même de voir Sherlock) et je n’ai jamais « shipé » deux personnages comme je ship John et Sherlock.
Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’expliquer l’intrigue de cette série, parce qu’elle est profondément inspirée des romans d’Arthur Conan Doyle et chaque épisode correspond plus ou moins à une aventure du célèbre détective. Pour en savoir plus, je vous invite à aller lire ma revue d’Une étude en rouge, ici! Mais il y a quelques différences: la série est transposée dans les années 2010 et Sherlock se caractérise comme un « high-functioning sociopath » ou un « sociopathe de haut-niveau », même si en réalité, c’est simplement un jeune homme très intelligent et sensible qui a appris à faire plus confiance à son esprit qu’à son cœur.
Le plus épatant dans cette série, c’est la construction des personnages et leur évolution. Franchement, je ne crois pas avoir rencontré un personnage mieux construit et avec autant de couches et de profondeur, de possibilités d’évolutions que Sherlock. Cette profondeur est révélée par son interaction avec Watson et les autres personnages, ce qui nous permet de porter un regard nouveau sur Sherlock Holmes. C’est un personnage tellement iconique qu’il éclipse complètement le reste des personnages dans l’imaginaire collectif. La manière dont il interagit avec les autres dans la série met en lumière le fait qu’au contraire, les autres personnages sont cruciaux dans l’existence de Sherlock Holmes et qu’il n’existe pas sans eux. C’est ça qui m’a donné le plus envie de lire les livres d’Arthur Conan Doyle. La série m’a vraiment rendu curieuse de savoir comment le personnage est construit dans les romans et quelle place y tiennent Watson, Lestrade, Mary, Mycroft et les autres. La série souligne un aspect de Sherlock Holmes qui est souvent ignoré: ces romans ne sont pas que des « detective stories« , et Sherlock pas simplement un génie de la déduction, c’est aussi l’histoire d’une amitié puissante qui démontre l’importance de notre interaction avec les autres pour déployer tout notre potentiel.
Bref, en plus d’être drôle, palpitante, intelligente, addictive, cette série laisse au spectateur une forte impression et de nouvelles choses à découvrir à chaque nouveau visionnage. Je ne vous la recommanderai jamais assez!

Mentions honorables

Bon avec le confinement, j’ai eu le temps de regarder pas mal de séries cette année, et il n’y en a pas que cinq qui étaient réussies et qui m’ont marquées. Je tenais donc aussi à vous présenter rapidement de bonnes séries que j’ai vues cette année et qui méritent d’être visionnées!

  • Luther: il s’agit aussi d’une série centrée autour d’un flic torturé, qui oscille entre un homme bien, un homme d’honneur, tout ce qu’on attend d’un policier digne de ce nom, et un penchant pour la vengeance et la lassitude de passer son temps à sauver le monde sans rien recevoir en retour. Idris Elba et Ruth Wilson font un couple éléctrique et la réalisation est très réussie.
  • 13 Reasons Why: je sais que cette série est très controversée et j’ai été très choquée par certains événements qui se sont passés dans les saisons précédentes (âmes sensibles s’abstenir). Mais la dernière saison, qui est sortie cette année, a changé ma vision de la série. Personnellement, j’aimais déjà bien cette série, je la trouve importante et surtout cette dernière saison. Même si l’élève qui a tué Bryce dans la saison précédente s’en sort sans une égratignure, ce qui n’est ni réaliste, ni un bon exemple, cette saison apporte une guérison à chacun des personnages et ils parviennent à surmonter peu à peu tous leurs traumatismes à la fin de la saison. Je pense que cette série a beaucoup de mérite de dénoncer toutes les horreurs qui se produisent bien trop souvent à l’école pour notre génération mais elle a eu raison de montrer aussi qu’il est possible de passer à autre chose et de guérir de toutes ces atrocités. C’est ce que la dernière saison a fait, il me semble.
  • Unbreakable Kimmy Schmidt: cette série est très bizarre et quand j’ai commencé à la regarder je me suis demandé où j’étais tombée! Mais j’ai tellement ri en la regardant qu’elle mérite d’être mentionnée. Et en plus, cette série m’a accompagné pendant le concours et je lui dois en grande partie mon calme pendant cette période stressante ahah. Kimmy est une jeune femme qui a été enfermée pendant des années dans un bunker par le gourou d’une secte et après avoir été libérée, elle part vivre à New York, sans un sou. Elle entre en colocation avec un aspirant acteur/chanteur qui rêve de se produire sur les planches de Broadway, Titus Andromedon. Il s’agit donc d’une comédie à l’humour parfois complètement loufoque mais à se tordre de rire. Et puis, il y a des références à Broadway et aux comédies musicales, ce qui est assez rare pour me faire très plaisir! Si jamais cela vous intéresse, je parle plus de mon amour pour les comédies musicales dans cet article!
  • Hollywood: la première saison de cette série est sortie cette année et franchement, j’ai trop hâte que la saison 2 arrive! Tous les néophytes du cinéma vont l’adorer! Elle revient sur l’univers d’Hollywood et de la production de films dans les années 1960, sur les difficultés rencontrées par les acteurs de couleur, auxquels on ne proposait alors que des rôles de majordome ou d’esclaves dans des films historiques, les actrices, car les rôles de femmes était rarement très progressistes, et les homosexuels, souvent la proie d’agents malintentionnés ou devant cacher leur orientation sexuel pour obtenir des rôles. C’est une peinture haute en couleur et passionnante d’une époque légendaire, mais aussi sombre et malsaine, celle de l’âge d’or d’Hollywood.

1 – Lost

6 saisons, 122 épisodes, disponible sur Amazon Prime Video
Casting: Evangeline Lilly, Josh Holloway, Matthew Fow, Naveen Andrews, Jorge Garcia, Terry O’Quinn, Michael Emerson, Emily de Ravin, Dominic Monaghan, Henry Ian Cusick, Elizabeth Mitchell, …

Et voilà la grande gagnante de ce top, LA meilleure série que j’ai vue cette année, si ce n’est de toute ma vie. Oui, c’est un grand mot, mais franchement j’ai été captivée et époustouflée par cette série, ce à quoi je ne me serais jamais attendue. Quand je l’ai commencée, je ne m’attendais à rien du tout, je l’ai regardée un peu comme une blague, en me disant que ce serait un peu l’Île de la Tentation version série, mais oh combien j’avais tort.
Le vol 815 d’Oceanic Airlines explose en plein vol et s’écrase sur une île en plein océan pacifique. Les rescapés qui étaient assis dans la queue de l’avion montent un campement sur la plage en attendant les secours, mais les secours prennent un temps anormal à arriver. Ils s’aventurent alors dans la jungle pour trouver de l’aide, un signal radio, de l’eau, mais y font plutôt des découvertes déconcertantes: un ours polaire, un nuage de fumée noire qui semble vivant, un avion rempli de statuettes de la vierge, un bunker fermé de l’intérieur et enterré, etc. Les rescapés comprennent vite qu’ils sont piégés sur une île vivante et pour le moins étrange, hors du commun et se demandent si leur arrivée dans cet endroit perdu est vraiment l’œuvre du hasard, ou du destin… En effet, les vies de Jack, un jeune chirurgien qui devait ramener le cercueil de son frère d’Australie aux Etats-Unis dans ce vol, Kate, une criminelle en fuite, Hugo, un jeune homme attachant qui a gagné au loto avec des nombres qu’il retrouve sur l’île, Sawyer, beau gosse à la recherche de l’homme qui à poussé son père au suicide et à tuer sa mère lorsqu’il avait 4 ans, Locke, quadragénaire paraplégique qui a retrouvé l’usage de ses jambes en tombant sur l’île, Claire, jeune femme enceinte, Charlie, rockstar héroïnomane, Sayid, ancien membre de la Garde Républicaine pendant la guerre d’Irak, et de tous les autres passagers du vol 815 se révèlent être intrinsèquement liées. Lost n’est pas simplement une histoire de survie contre la nature sauvage et imprévisible, c’est une histoire de survie contre soi-même, son passé, ses croyances, ses incertitudes, la vie elle-même. Les questionnements profonds abordés dans Lost par les personnages, tous aussi bien construits, intriguants les uns que les autres vont de paire avec de nombreuses références philosophiques (surtout générées par le personnage de John Locke, enfin, il porte même le nom d’un philosophe!), littéraires (Sawyer a toujours le nez dans un livre et les surnoms moqueurs qu’il donne à tout le monde sont souvent inspirés de personnages des grands classiques de la littérature et significatifs par rapport à celui ou celle qu’ils désignent), scientifiques (l’Île se trouve être une anomalie électromagnétique… Je ne veux pas vous spoiler donc je vais pas en dire plus parce que la science arrive plus tard dans la série) et religieuses (références à de nombreux épisodes bibliques, comme la relation entre Caïn et Abel, la Genèse, le sac du Temple de Jérusalem etc. Et chaque personnage pourrait être analysé comme un personnage biblique différent je pense), références brillantes et hautement symboliques. Comment ne pas revenir aussi sur l’intelligence de la construction de la série, qui met minutieusement en place tous les personnages et nous donne des informations sur eux dans un ordre qui fait monter la tension et le suspense à un niveau insoutenable et qui donnent une profondeur et une puissance symbolique remarquables aux personnages eux-mêmes. Lost a une intrigue palpitante, brillante. Rien ne tombe à plat, n’est laissé au hasard, et il me semble qu’elle représente en réalité une mise en abîme du monde réel, où les auteurs, comme Dieu, ont pensé à tout et au rôle de chaque personnage, où tout est orchestré précisément selon ce qui semble être un plan divin, mais où les personnages, comme tous les hommes, ne savent pas à quoi s’en tenir, s’efforcent de « ne pas confondre le destin avec une coïncidence » et de ne pas « vivre ensemble pour finir seuls ».
Lost est une véritable épopée au cœur de ce que cela signifie d’être humain, d’être confronté au mystérieux, à l’insoutenable, à l’incroyable, et de trouver un sens à sa vie dans sa vie avec les autres.
Je ne sais pas si ce paragraphe sur Lost était très clair, mais il y a tellement de choses à dire sur cette série et j’ai tellement envie de vous communiquer toute mon admiration pour celle-ci, que je me suis peut-être un peu emballée ou emmêlé les pinceaux. Quoi qu’il en soit, Lost est devenue une de mes séries préférées, sinon MA série préférée et je ne pourrai jamais lui rendre justice, il faut que vous la regardiez vous-même pour comprendre. Il y a vraiment de quoi plaire à tout le monde: science-fiction, romance, horreur, symbolisme, thriller, tout y est. C’est une série totale, mais surtout une série éblouissante.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a donné des idées de séries à regarder en 2021! N’hésitez pas à me dire en commentaires si vous connaissez ces séries, j’adorerais papoter séries avec vous!

Bon dimanche et à la semaine prochaine.

Maurine ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s