Une citation de chaque livre que j’ai lu en 2020

Hello tout le monde!

ça y est, voilà qu’arrivent avec la fin de l’année les articles qui récapitulent un peu 2020… Cette année a été marquée par de nombreux moments difficiles et occasions perdues, mais tout n’a pas été tout noir. Un aspect de 2020 pour lequel je suis reconnaissante est le fait que j’ai eu beaucoup de temps pour lire, d’abord à cause ,ou grâce, aux confinements, mais aussi depuis septembre, car je ne suis plus en prépa et que mes semaines se sont considérablement allégées. Même si je n’ai pas non plus lu une centaine de livres, je crois que c’est mon année la plus riche en lectures depuis le lycée! Comme je n’ai recommencé à blogger que le mois dernier, je n’ai pas pu partager avec vous toutes mes lectures de l’année et je me suis dit que ce petit article serait une bonne manière de le faire! Les livres ne seront pas forcément dans l’ordre chronologique à chaque fois, parce que je ne me rappelle plus exactement quand j’ai lus certains livres, surtout au début de l’année. J’espère que l’idée vous plaira, personnellement, j’adore les citations!

Je vais commencer par les livres que j’ai lus pour les cours, surtout pour la prépa, je vais même vous citer une fable de La Fontaine en entier comme elle est courte, c’est cadeau hihi:

« Une Montagne en mal d’enfant
        Jetait une clameur si haute,
        Que chacun, au bruit accourant,
        Crut qu’elle accoucherait, sans faute,
D’une cité plus grosse que Paris ;
         Elle accoucha d’une souris.
            Quand je songe à cette fable,
            Dont le récit est menteur
            Et le sens est véritable,
            Je me figure un auteur
        Qui dit : Je chanterai la guerre
Que firent les Titans au Maître du tonnerre.»
C’est promettre beaucoup : mais qu’en sort-il souvent ?
                            Du vent
. »
Jean de la Fontaine, Fables, « La Montagne qui accouche »

« Fait-on le cimetière comme on fait le trottoir? Les Tombales! Ou bien avait-elles eu seule cette idée admirable d’une philosophie profonde, d’exploiter les regrets d’amour qu’on ranime en ces lieux funèbres? »
Guy de Maupassant, « Les Tombales »

« Telle est ma petite chambre où mon inflexible Roi ne veut rien, rien qu’il n’ait malmené, confondu, réduit à rien, où moi cependant j’ai appelé tant d’êtres à devenir mes compagnons. »
Henri Michaux, La Nuit Remue, « Mon Roi »

« Ah, nous voilà enfin tous réunis, bien sages, faisant ce qu’auraient approuvé nos parents, nous voilà donc enfin tous là, convenables, chantant en cœur comme de braves enfants qu’une grande personne invisible surveille pendant qu’ils font la ronde gentiment en se donnant une menotte triste et moite. »
Nathalie Sarraute, Tropismes, XXIII

Maintenant voici les livres que j’ai lus pour le plaisir, mes lectures personnelles:

« But when the crowd caught sight of the murderers, with their escort of blue-coated highway patrol-men, it fell silent, as though amazed to find them humanly shaped. »
« Mais lorsque la foule aperçut les meurtriers, escortés par des patrouilleurs d’autoroute en manteau bleu, elle fut bouche bée, comme ébahie de découvrir qu’ils étaient de forme humaine. »
Truman Capote, In Cold Blood

« If you are ready to leave father and mother, and brother and sister, and wife and child and friends, and never see them again—if you have paid your debts, and made your will, and settled all your affairs, and are a free man—then you are ready for a walk. »
« Si vous êtes prêt à quitter père et mère, frère et soeur, femme, enfants et amis, et à ne plus jamais les revoir – si vous vous êtes acquittez de vos dettes et que vous avez rédigé votre testament, que vous avez mis toutes vos affaires en ordre, que vous êtes un homme libre – alors, là, vous êtes prêt pour une promenade. »
Henry David Thoreau, Walking

« When we want culture more than potatoes, and illumination more than sugar−plums, then the great resources of a world are taxed and drawn out, and the result, or staple production, is, not slaves, nor operatives, but men− those rare fruits called heroes, saints, poets, philosophers, and redeemers. »
« Quand nous cherchons davantage la culture que des pommes de terre, et la lumière plus que des prunes sucrées, alors les grandes ressources du monde sont exploitées et extraites, et le résultat, ou la production principale, n’est pas les esclaves ni les ouvriers, mais bien plutôt les hommes – ces fruits rares qu’on appelle héros, saints, poètes, philosophes et rédempteurs. »
Henry David Thoreau, Life Without Principles

« Being able to read and write did not provide answers to all questions. It led to other questions, and then to others. »
« Le fait de pouvoir lire et écrire n’apportait pas de réponse à toutes les questions. Cela menait à d’autres questions, et à d’autres encore. »
Margaret Atwood, Les Testaments

« Treachery and violence are spears pointed at both ends; they wound those who resort to them worse than their enemies. »
« La traîtrise et la violence sont des lances tranchantes aux deux bouts; elles blessent plus gravement ceux qui les manient que leurs ennemis. »
Emily Brontë, Wuthering Heights

« If I loved you less, I might be able to talk about it more. »
« Si je vous aimais moins, peut-être pourrais-je parler plus. »
Jane Austen, Emma

« The fish is my friend too,” he said aloud. “I have never seen or heard of such a fish. But I must kill him. I am glad we do not have to try to kill the stars. »
« Le poisson aussi est mon ami, dit-il tout haut. J’ai jamais vu un poisson pareil; j’ai jamais entendu parler d’un poisson comme ça. Pourtant faut que je le tue. Heureusement qu’on est pas obligé de tuer les étoiles. »
Ernest Hemingway, The Old Man and the Sea

« Nous sommes si nombreux quand nous sommes seuls. »
– Christian Bobin, La nuit du cœur

« There is an ecstasy that marks the summit of life, and beyond which life cannot rise. And such is the paradox of living, this ecstasy comes when one is most alive, and it comes as a complete forgetfulness that one is alive. »
« Il existe une extase qui marque l’apogée de la vie, et au delà de laquelle la vie ne peut encore s’élever. Tel est le paradoxe de la vie: cette extase nous envahit quand on se sent le plus vivant, et nous fait complètement oublier que l’on est vivant. »
– Jack London, The Call of the Wild

« On habite avec un cœur plein un monde vide, et sans avoir usé de rien on est désabusé de tout. »
– Chateaubriand, Atala

« On ne ferait pas souvent une divinité de l’Amour s’il n’opérait des miracles. »
– L’abbé Prévost, Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut

« Alors, pour la première fois, nous nous apercevons que notre langue manque de mots pour exprimer cette insulte: la démolition d’un homme. »
– Primo Levi, Si c’est un homme

« There it must be I think, in the vast and eternal laws of matter, and not in the daily cares and sins and troubles of men, that whatever is more than animal within us must find its solace and its hope. »
« C’est là, je pense, au sein des lois de la matière, vastes et éternelles, et non pas dans les inquiétudes quotidiennes, les péchés et les préoccupations des hommes, que ce qu’il y a en nous qui excède l’animal, quoi que cela soit, doit trouver sa consolation et son espoir. »
H.G.Wells, The Island of Doctor Moreau

« C’est une mauvaise manière de protéger les lettres que de pendre les lettrés. »
– Victor Hugo, Notre-Dame de Paris

« L’enfer, c’est l’absence éternelle. C’est d’aimer.
C’est de dire: Hélas! où donc est-elle,
Ma lumière? Où donc est ma vie et ma clarté
? »
– Victor Hugo, La Fin de Satan

« Nous ne devrions pas nous forcer à l’élévation jusqu’au point de négliger complètement l’animalité originelle de notre nature; nous ne devons pas non plus oublier que la satisfaction, source de bonheur pour l’individu, ne peut être rayée des buts de notre culture. »
– Sigmund Freud, Cinq leçons sur la psychanalyse

« Quand il se présente à la culture scientifique, l’esprit n’est jamais jeune. Il est même très vieux, car il a l’âge de ses préjugés. »
– Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique

« Cependant, une véritable explication ne comprend jamais mieux le texte que ne l’a compris son auteur; elle le comprend autrement. Seulement, cet autrement doit être de telle sorte qu’il rencontre le Même que médite le texte expliqué. »
– Martin Heidegger, Chemins qui ne mènent nulle-part

« People think pleasing God is all God care about. But any fool living in the world can see it always trying to please us back. »
« Les gens pensent que tout ce qui intéresse Dieu c’est qu’on lui fasse plaisir. Mais le premier venu qui vit dans le monde peut voir que c’est lui qui passe son temps à essayer de nous faire plaisir en retour. »
Alice Walker, The Color Purple

« Peuples, sachez donc une fois que la Nature a voulu vous préserver de la Science, comme une père arrache une arme dangereuse des mains de son enfant. »
– Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes

J’ai sûrement oublié un ou deux livres mais ce n’est pas grave, je me rends compte que j’ai quand même pas mal lu cette année! Et vous quelle est votre citation préférée cette année? 🙂

Je vous souhaite une belle journée et de belles lectures tout au long de la semaine!

Maurine ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s