Les Cinq leçons sur la psychanalyse de Freud

Hello tout le monde !

Quel meilleur moment pour se retrouver, après deux longues années (de prépa) d’absence, que le début de l’épisode 53 de 2020: « Confinement, le retour ». Il s’est passé tellement de choses cette année… Comment allez-vous? J’espère sincèrement que vous et vos proches vous portez bien et que votre cœur n’est pas trop lourd ce soir. Mais, allez, on va essayer de tirer profit de ce temps qui est mis à notre disposition invita, invitus, et de se changer les idées dans cet article!

Lors du premier confinement, j’ai voulu me lancer dans un challenge de lecture plutôt ambitieux, – trop ambitieux même, sachant que je devais continuer de préparer le concours et que j’avais toujours mon emploi du temps de prépa – de lire 20 livres en un mois. Cette idée ne sort pas de nulle part ; en réalité, c’est un Youtubeur québécois, Émile Roy, qui l’a eue en premier et sa vidéo m’a trop trop donné envie de lire (ce dont le rythme effréné de la prépa m’avait cruellement privée). Pendant le confinement il a fait encore plus fort : lire 40 livres en quarantaine, mais là je savais que c’était même pas la peine d’essayer ahah. Quoi qu’il en soit, il a rallumé en moi la flamme de la littérature et le souvenir chéri de cette sensation que j’avais oubliée : celle de ne pas pouvoir lâcher un livre, de le dévorer de bout en bout. Je vous laisse cliquer ici pour aller voir cette vidéo géniale, si jamais cela vous intéresse de savoir quels sont les 40 livres qu’Émile a lu et ce qu’il en a pensé!

Bon, vous vous doutez que ce fut un échec. J’ai quand même pas mal lu pendant le premier confinement, mais je ne suis pas arrivée à 20 livres non plus. En revanche, maintenant que j’ai plus de temps libre ( ahhh vous sentez ce vent de liberté post-prépa? ), je pense que ce défi est tout à fait réalisable. J’ai toujours très envie de le faire, donc pourquoi pas! Et cette fois, plutôt que de publier un unique article de plusieurs milliers de caractères pour partager mes lectures, comme j’avais prévu de le faire en mai, je vais vous écrire un article à chaque fois que j’ai fini un livre. Ce sera plus digeste pour vous, et plus motivant pour moi! N’hésitez pas à vous joindre à moi, à faire brûler une petite bougie à la cannelle, lancer une playlist d’alexrainbird (je vous recommande chaudement cette chaîne pour de la musique acoustique indie/folk super cool!) en musique de fond et à vous blottir sous un plaid en pilou-pilou au beau milieu d’une de ces pluvieuses journées d’automne avant de vous plonger dans un bon livre!

Livre 1: Cinq leçons sur la psychanalyse, Sigmund FREUD

On commence donc ce défi avec de la philosophie! Ça me manque tellement la philo cette année… En prépa j’en avais 6 heures par semaine et en master *pouf* elle a disparu! J’essaye donc d’en saupoudrer dans ma vie par moi-même, d’où mon choix pour le premier livre du confinement. Petit disclaimer : je « range » Freud dans la philosophie parce-que c’est en rapport avec des thèmes philosophiques (le désir, l’esprit, la parole, etc) que je l’ai toujours approché au cours de mes études, mais je sais qu’en réalité, la psychanalyse a sa place dans la catégorie plus large des « sciences humaines ». Il ne s’agit ni d’une théorie absolument abstraite, ni d’une science exacte, – ou du moins, on peut en débattre). Méthode psychothérapeutique controversée, c’est son statut exceptionnel qui rend cette discipline si intéressante.

C’est Sigmund Freud, qui, aux côtés de Breuer et Charcot principalement, fonde à la fin du XIXe siècle cette méthode, à la définition évolutive et plurielle. En 1922, Freud en donne trois définitions. Premièrement celle « d’un procédé d’investigation des processus psychiques, qui autrement sont à peine accessibles« , puis celle « d’une méthode de traitement des troubles névrotiques, qui se fonde sur cette investigation » et enfin « d’une série de conceptions psychologiques acquises par ce moyen et qui fusionnent progressivement en une discipline scientifique nouvelle« . La psychanalyse selon Freud est donc à la fois une discipline curieuse d’explorer le psychisme humain, une méthode de traitement de certains troubles psychiques et une théorie psychologique et scientifique. Aujourd’hui, elle se définit plutôt comme une « théorie générale psychologique fondée sur la méthode d’investigation et la méthode thérapeutique, qui veut expliquer les fonctions psychiques et le comportement normal et pathologique de la personnalité » (cnrtl). En effet, la théorie de Freud et la mise en pratique qu’elle supposait ont été contredites, alimentées et enrichies par ses héritiers, ce qui en fait aujourd’hui une discipline passionnante mais complexe.

On en vient donc à la raison pour laquelle j’ai voulu lire les Cinq leçons en particulier : c’est une bonne porte d’entrée dans l’œuvre de Freud. Les cours de philo auxquels j’ai pu assister sur Freud depuis la terminale ont à chaque fois piqué ma curiosité et éveillé mon intérêt. J’avais un professeur en ECS qui était spécialiste de Lacan (un psychanalyste du XXe s), – il connaissait donc Freud à fond -, et ses cours étaient vraiment passionnants. Mais quand on entend parler de Freud comme ça au détour d’un cours de hors-programme, on entend parler de beaucoup, beaucoup de termes nouveaux (inconscient, moi, ça, surmoi, refoulement, névrose, hypnose, hystérie, libido, résistance, sublimation, etc). C’est comme d’arriver dans un pays dont on ne connait pas la langue: on finit par comprendre quelques-mots, quelques concepts, à se repérer dans la chronologie de l’invention de ces concepts, mais à moins de vraiment s’y mettre à fond et pendant un bon moment, c’est impossible de « parler couramment le Freud ». Alors je me suis dit qu’il était temps de me plonger dans son œuvre et d’aller découvrir sa théorie de la psychanalyse dans le texte pour pouvoir commencer à digérer ses idées par moi-même. Mais je ne savais pas trop par où commencer: devrais-je lire ses œuvres dans l’ordre chronologique pour retracer le cheminement de sa pensée? ou bien aller du général au particulier? C’est mon ami philosophe Antonin (petit coucou si tu passes par là!) qui m’a conseillé de lire d’abord les Cinq leçons. Très bon conseil!

Les Cinq leçons sur la psychanalyse sont en réalité une compilation de cinq conférences données par Freud aux États-Unis en 1909. A ce moment là, sa théorie est donc déjà à un stade avancé et il propose dans ces conférences un panorama général de ses premières découvertes, des obstacles rencontrés, le tout illustré par des exemples pris dans son expérience de psychanalyste.

La première Leçon aborde le trouble de l’hystérie et comment, alors qu’il étudiait auprès de Breuer, l’élève et son maître en ont trouvé la cause, en traitant la patiente Anna O. Il expose y aussi l’intérêt de l’hypnose dans le traitement de ce trouble psychique: elle permet de mettre en lumière la relation déterminée entre le traumatisme psychique vécu par la patiente et les symptômes de son hystérie.

Dans la seconde Leçon, Freud met en place les concepts de résistance et de refoulement. Nos souvenirs traumatiques sont refoulés dans notre inconscients et non pas oubliés, ils y persistent et c’est la force de la résistance qui les empêche de redevenir conscients. Freud explique qu’en abandonnant l’hypnose, – qui passe par dessus cette résistance et n’en tient donc pas compte – , au profit d’une méthode de suggestion, il a compris que les névroses étaient provoquées par un échec du refoulement et que les symptômes de la névrose se substituent au souvenir ou au désir qui n’a pas su être refoulé. Il propose aussi trois solutions à l’élimination des désirs refoulés une fois conscients: l’acceptation, la sublimation ou le rejet conscient.

La troisième Leçon est concentrée sur les méthodes mises peu à peu en place par Freud pour accéder au contenu de l’Inconscient, car l’hypnose et la suggestion sont toutes deux des techniques insuffisantes : libre association, interprétation des rêves, des lapsus et des actes manqués.

Le propos de la quatrième Leçon consiste à définir les désirs et traumatismes refoulés dans l’enfance qui, si non ou mal refoulés, peuvent conduire à des troubles psychiques, comme la névrose. C’est dans ce passage qu’il présente le célèbre complexe d’Œdipe et sa théorie souvent mal reçue de la sexualité infantile.

Enfin, la cinquième Leçon expose le fonctionnement et les issues possibles d’une cure psychanalytique à travers les concepts de transfert et de sublimation, qui consiste en l’utilisation de l’énergie psychique destinée à un désir refoulé à des fins autres que sexuelles, c’est-à-dire artistiques, humanitaires, intellectuelles, par exemple.

Finalement, qu’est-ce que j’ai pensé de ce livre ? Tout d’abord quelques informations très prosaïques : le livre fait une 80 pages et j’ai mis un peu moins de 3h à le lire sachant que j’ai lu toutes les notes, ainsi que certains des extraits de textes philosophiques qui étaient mis en regard des Cinq leçons. C’était donc une lecture rapide, mais plutôt intense; je vous avoue qu’il vaut mieux se prémunir de quelques connaissances préalables de la théorie freudienne pour saisir toutes les subtilités du textes. Mais dans l’ensemble, ce texte était agréable à lire, – comme il s’agit d’une transcription de conférence, on a l’impression de suivre un cours, clair, précis et illustré par des exemples fascinants. Je tiens particulièrement à saluer le travail d’édition de Garnier-Flammarion qui, dans cette collection GF Philo’, font un travail très pratique et efficace autour du texte : les notes sont bien faites et clarifient souvent les concepts abordées par Freud, l’introduction offre une présentation précieuse du contexte et des enjeux du texte, le dossier complémentaire à la fin du volume complète cet exposé généraliste de la méthode freudienne par des fiches sur d’autres de ses concepts (topiques, détermination, complexe d’Œdipe) et l’insère dans la réflexion philosophique contemporaine. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est la sélection de textes complémentaires de Nietzsche, Canguilhem, Aristote, Schopenhauer, Spinoza, Descartes (pour n’en citer que quelques-uns) mis en regard, une page sur deux, du texte de Freud. Ils l’éclairent vraiment et le replacent dans l’histoire des idées et dans la réflexion philosophique et scientifique sur le désir, le rêve, la liberté, le rapport corps/esprit, etc. Je pense que cette édition peut beaucoup apporter aux étudiants qui passent le bac de philo et même aux étudiants du supérieurs qui font de la philo!

Voilà pour le premier livre! J’ai déjà une petite idée en tête pour le prochain mais je ne voudrais pas vous spoiler ahah. Rendez-vous quand je l’aurai fini 😉 En attendant prenez soin de vous et n’hésitez pas à partager vos lectures en commentaires! Je vous quitte aujourd’hui sur deux citations que j’ai bien aimées:

« Pompéi ne tombe en ruines que maintenant, depuis qu’elle est déterrée. »
– FREUD, Cinq psychanalyses

« Nous ne devrions pas nous forcer à l’élévation jusqu’au point de négliger complètement l’animalité originelle de notre nature; nous ne devons pas non plus oublier que la satisfaction, source de bonheur pour l’individu, ne peut être rayée des buts de notre culture. »
– FREUD, Cinq leçons sur la psychanalyse

Bonnes lectures ❤

Maurine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s